_DSC7215

Fati table sur l’amitié

Vous envisagez des vacances au Portugal et vous ignorez ce que signifie le mot « tasca ». Rattrapage dans la cantine épicerie de Fati.

Pau abrite une importante communauté portugaise. Il y a forcément parmi elle d’habiles cuisinières. Pour en avoir le cœur net, il faut pousser la porte de l’épicerie « Chez Fati » dans le quartier de l’Ousse-des-Bois, là où Maria Fatima Rodriguez tient table ouverte pour 10 euros, avec entrée, plat, fromage, dessert, vin et café compris.

Une seule table de douze couverts, un menu unique, un prix plus que correct.
A mi chemin entre une arrière-cuisine et le petit-bistrot de quartier, « Chez Fati » incarne parfaitement ce que les patrons de tascas font à longueur d’année au Portugal, à savoir, remplir les estomacs pour pas cher.
Cette portugaise de Viseu a fait son apprentissage dans son pays d’origine. Arrivée à Pau, elle devient aide ménagère mais ronge son frein. Retourner aux fourneaux l’obsède. « J’ai racheté l’épicerie sur un coup de tête, il y a 11 ans dans l’idée de faire aussi la cuisine » lâche la patronne. Elle avoue que beaucoup n’ont pas donné cher de sa peau à l’époque. Travailleuse acharnée, dotée d’une bonne humeur inébranlable, Fati n’est jamais aussi heureuse que lorsque sa tablée se régale. « C’est plutôt des amis que des clients » répète la cuisinière à propos des réguliers de cette cantine, petite enclave portugaise dans le quartier de l’Ousse-des-Bois. Son menu ouvrier et l’atmosphère du lieu ont tapé dans l’oeil de quelques notables qui ont ici leur rond de serviettes.

Légumes du jardin 

Dans les assiettes, tour à tour des plats aussi simple qu’un steack frites ou bien les spécialités portugaises. « Il y a 500 façons de faire la morue » lance la patronne. Le cochon de lait, les sardines grillées, le cassoulet portugais, le riz noir (cuit au sang de poulet), le pot au feu, les tripes, reviennent régulièrement. Sur réservation pour des petits groupes, Fati cuisine au bon vouloir de ses clients ses recettes du pays. Dans sa maison de Bougarber, un four à pain et surtout un potager entretenu par son mari Amandio aident la cuisinière à boucler son budget. Tomates, salades et choux maison sont précieux. Amandio fait aussi le voyage tous les 15 jours à Viseu pour fournir le magasin. Dans le fond de la petite salle, un mur de photos, le « hall of fame » de Chez Fati, témoigne des bons moments partagés ici.

« Chez Fati », ouvert tous les midis du lundi au dimanche 13h. Le soir sur réservation pour des petits groupes. 113, avenue de Buros – 64 000 Pau

Tél. 05 59 27 88 14

 

Chez Fati

Chez Fati

Chez Fati

Chez Fati

Chez Fati