Paysage_06

Ugarte. Peinture savante et populaire

Le musée des Beaux Arts de Pau réunit 65 toiles de Jean-Pierre Ugarte dans un parcours qui met sans cesse en résonance, origine et avenir. Déambulation avec le peintre.

Jean Pierre Ugarte

La peinture qu’il met au monde depuis plus de 30 ans pourrait laisser penser que Jean-Pierre Ugarte est un taiseux. Il n’en est rien. A peine avons-nous pénétré dans l’exposition, il donne vie à notre rencontre.
S’il contient les bavardages, c’est uniquement dans sa technique. En trois décennies de peinture, ses paysages se sont dépouillés des attributs de la civilisation industrielle des débuts pour atteindre aujourd’hui, avec la série des fusains, des aspects beaucoup moins formels.

Jean Pierre Ugarte
Paysage. Acrylique sur panneau, 70 x 92 cm. 2007

 

Peintre du paysage, Jean-Pierre Ugarte est à l’origine d’une œuvre singulière, où la nature s’enchevêtre à des mégastructures de béton. L’eau est le troisième élément de cette rhétorique picturale. Cours vigoureux au milieu d’une nature luxuriante ou bien étendues figées en terres septentrionales, plus que tout autre élément, l’eau est l’expression des états d’âme du peintre.
Happé par la toile, le spectateur est quant à lui suspendu dans le temps et dans l’espace. Qu’est-il arrivé ? Qu’adviendra-t-il ? Est-on en présence d’une archéologie du futur ?
La peinture de Jean-Pierre Ugarte ne ferme rien. Elle ouvre toutes les possibilités d’interprétations.

Jean Pierre Ugarte
Paysage. Acrylique sur toile, 97 x 130 cm. 2006
jean Pierre Ugarte
Paysage. Acrylique sur toile, 115 x 160 cm. 2012

 

« La toile ne raconte pas l’histoire d’une civilisation détruite, ni sa renaissance, elle retranscrit la symbolique de l’histoire des hommes à travers le temps. Elle évoque la succession des civilisations humaines en général, selon un procédé issu de la tradition classique, en recourant à la suggestion par inclusion de monuments architecturaux abstraits, sans connotations temporelle précise, qui peut faire penser à De Chirico. L’artiste construit un univers dans lequel il confronte le spectateur à des angoisses viscérales. Pour douer de parole le paysage, Ugarte dispose dans le tableau une série d’éléments simples, compréhensibles de chacun » écrit Jean-Pierre Mélot, le commissaire général de cette exposition et directeur du musée des Beaux-Arts de Pau.

Jean Pierre UGARTE 2015
Paysage. Fusain sur papier, 114 x 174 cm. 2015

 

Jean Pierre UGARTE 2015
Paysage. Fusain sur papier, 112 x 79 cm. 2015

 

La seule connotation admise par le peintre est celle d’une architecture militaire. « J’ai passé une partie de mon enfance sur la côte basque. Le mur de l’Atlantique, les blockhaus sont restés dans mon imaginaire ».
Pour aussi accessible qu’elle soit, la peinture de Jean-Pierre Ugarte n’en est pas moins savante. Pour conduire le spectateur à travers le tableau, l’exercice technique requiert une fabuleuse maîtrise. Les jeux de lumières, les variations chromatiques d’une subtilité absolue, les perspectives étourdissantes, témoignent du perfectionnisme de l’artiste. Un important travail préparatoire au dessin précède chaque toile. « Il y a deux personnes en moi, le concepteur et le réalisateur. Le concepteur est débridé, assez fou. Vient ensuite la réalisation. Dur labeur. Un travail d’artisan ».

Jean Pierre UGARTE
Paysage. Fusain sur papier

 

Devant « L’Autochtone », une toile de 1992, le peintre ne peut retenir un commentaire « J’ai voulu trop en dire. Heureusement depuis j’ai appris à respecter des zones de silence. Il suffit de regarder Rembrandt. Il sait parler là où il le faut et taire certaines parties du tableau ».
La peinture de Jean-Pierre Ugarte se rattache à celle de Nicolas Poussin, de Claude le Lorrain et de Caspar David Friedrich. Une peinture qui relève bien davantage du romantisme et du symbolisme que de la culture d’anticipation.

UGARTE 2
Jean-Pierre Ugarte dans son atelier, à deux pas du musée des Beaux-Arts de Pau

 

Ligne de vie
Jean-Pierre Ugarte est né le 7 janvier 1950 à Bordeaux dans une famille d’origine basque.
Il travaille à Pau et vit près de Nay.
Commence à dessiner et à peindre dès l’âge de 8 ans.
Intègre l’Ecole des Beaux-Arts de Bordeaux, en 1966 à l’âge de 16 ans.
Quitte les Beaux-Arts diplôme en poche en 1971.
Sillonne l’Europe durant plusieurs mois.
Professeur de dessin pendant 1 an à Nay, il entre ensuite au bureau de dessin de la SNPA (Société nationale des pétroles d’Aquitaine) en 1974.
Première exposition en 1984 à la galerie Art 119 à Montauban. Tous les tableaux sont vendus.
Quitte la SNPA en 1986 pour se consacrer à la peinture.
Nombreuses expositions en France et aux Etats-Unis avec la galerie Modus.
Dernière grande exposition à la galerie Daniel-Duchoze à Rouen en 2014.

Ugarte Métaphysique du territoire
Exposition jusqu’au 31 août au musée des Beaux-Arts de Pau
www.pau.fr/209-musee-des-beaux-arts.htm